L’enseignant de la conduite communément appelé moniteur auto-école est un véritable acteur de sécurité routière.

Son rôle est de faire prendre conscience à ses élèves des enjeux et des risques liés à la conduite afin de faire de lui un conducteur responsable, citoyen et donc plus sécuritaire.

Le titre professionnel Enseignant de la conduite et de la sécurité routière1 niveau 5 (code NSF : 311u) se compose de deux activités types, chaque activité type comportant les compétences nécessaires à sa réalisation. A chaque activité type correspond un certificat de compétences professionnelles (CCP). Un candidat souhaitant obtenir un Certificat Complémentaire de Spécialité doit être titulaire du titre professionnel auquel il est associé.
L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière contribue à la mise en œuvre de la politique de sécurité routière. L’accès à la profession nécessite une autorisation délivrée dans les conditions définies par le ministère en charge de la sécurité routière.
Il prépare des actions de formation pour tous publics, dans le cadre du « continuum éducatif », en se conformant au Référentiel pour l’éducation à une mobilité citoyenne publié par arrêté ministériel. Il anime ces actions dans le but de faire adopter aux apprenants un comportement respectueux des autres usagers de la route et de favoriser leur prise de conscience des enjeux du développement durable.
L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière représente l’établissement tel que défini à l’article L.213-1 du Code de la route et contribue à son image de marque. Il assure la relation avec les différents clients. Il participe au quotidien à la gestion administrative et logistique des formations.
L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière a la responsabilité de préparer les apprenants à la conduite d’un véhicule de catégorie B et BE, en prenant en compte le rôle des accompagnateurs dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite ou de la conduite supervisée. Il construit et anime des séances collectives de formation sur les règles du Code de la route et les facteurs de risques intervenant dans la conduite d’un véhicule.
Il assure des prestations de sensibilisation auprès de publics diversifiés tels que les enfants et les adolescents dans des établissements scolaires, les conducteurs novices et expérimentés, les salariés d’entreprise et particuliers.
L’enseignement de la conduite exige le maintien d’une vigilance constante par rapport à l’environnement routier et au comportement de l’apprenant.
L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière adapte en permanence son discours et ses méthodes pédagogiques aux objectifs, aux besoins spécifiques et à la progression des apprenants en utilisant les ressources formatives appropriées. Il exerce une veille régulière concernant la réglementation, le secteur professionnel et ses évolutions.
Sous réserve de détenir l’autorisation d’enseigner correspondante, il prépare des apprenants à la conduite des véhicules des catégories AM, A1, A2, A, C1, C1E, C, CE, D1, D1E, D et DE du permis de conduire.
Selon la taille de l’établissement, l’enseignant de la conduite et de la sécurité routière travaille sous la responsabilité directe de l’exploitant ou d’un coordinateur pédagogique. Il peut assurer des fonctions de coordination.
L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière exerce ses missions en autonomie, dans le respect des procédures internes de l’établissement, en fonction de la nature et des cahiers des charges des prestations.
Les conditions d’exercice de l’emploi varient selon la taille de l’établissement, de sa gamme de service et de son implantation. L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière doit s’adapter en permanence à la densité de la circulation, à l’infrastructure, aux conditions topographiques et météorologiques.

Les compétences du moniteur/monitrice auto-école

  • Enseigner le code de la route ;
  • Former à la conduite automobile ;
  • Animer des rendez-vous pédagogique dans le cadre de la conduite accompagnée ou supervisée ;
  • Concevoir et animer des séances de sécurité routière auprès de divers publics (jeunes, seniors) ou en entreprises.


Nature du travail de l’enseignement de la conduite :

La formation des apprentis conducteurs

L’enseignant de la conduite assure l’ensemble de la formation des usagers de la route, à travers des actions de formation en salle et en véhicule. Dans ce cadre, il prépare, anime et évalue des séquences de formation adaptées aux apprenants. Il recherche et sélectionne le contenu approprié, choisit ses outils pédagogiques et peut en créer si besoin. Il doit veiller à l’actualisation ainsi qu’au classement de la documentation pédagogique, réglementaire et technique. <br>
Dans le cadre de séquences de formation collectives en salle ou en véhicule, l’enseignant de la conduite gère les échanges au sein du groupe, tout en repérant les difficultés individuelles en vue d’y remédier. Lors de séquences de formation en véhicule, il s’assure de la progression de ses élèves et les amène à s’auto-évaluer. Que ce soit en salle ou en véhicule, l’enseignant de la conduite joue un rôle éducatif en sensibilisant le futur conducteur aux comportements à risques, en l’incitant à la prudence et au civisme.<br>
Selon la taille de l’entreprise dans laquelle il exerce son métier, il peut assurer l’accueil des élèves, constituer et suivre leur dossier, gérer et organiser le planning ainsi que l’inscription aux examens théorique et pratique.

Formation à sensibilisation sécurité routière

Par ailleurs, dans le cadre de son travail, il participe de temps à autre à des opérations de prévention routière.
Quand il organise ou participe à la mise en place d’actions de prévention routière, l’enseignant de la conduite peut animer des séances d’éducation à la route dans les écoles, en milieu extrascolaire, ou effectuer des missions ponctuelles d’apprentissage de la sécurité routière dans le cadre des politiques locales ou de formation à la gestion des risques routiers en entreprise.

Dans l’exercice de ses fonctions, le moniteur auto-école doit être capable de :

  • Évaluer le nombre d’heure de code, de conduite
  • Renseigner sur le déroulement des cours
  • Enseigner une discipline à un groupe de personnes
  • Former à la conduite d’un véhicule
  • Accompagner un élève dans l’apprentissage de la conduite
  • Évaluer la conduite d’un élève
  • Renseigner des documents de suivi et d’évaluation d’un élève
  • Contrôler la maintenance de son véhicule
  • Organiser le planning des activités
  • Concevoir et animer des actions de sensibilisation à la sécurité routière
  • Concevoir et actualiser des outils de formation / pédagogiques

Conditions de travail :

À bord d’un véhicule équipé de doubles commandes, il enseigne encore majoritairement, la conduite. Le temps de travail se partage parfois entre séquences de formation en salle et en véhicule. Les horaires s’étendent sur une plage importante, les cours ont lieu selon la disponibilité des élèves. Dans des conditions d’exercice parfois difficiles, il doit faire face aux multiples difficultés liées à la circulation.  Dans les grandes agglomérations, le stress peut être important, dû aux embouteillages et aux comportements à risques des autres conducteurs. Dans ce cadre parfois difficile, le moniteur se doit de garder son calme et fait prendre conscience à son élève des dangers de la route 

Le salaire d’un moniteur auto-école débutant sur une base de 35 H:

La grille de salaire des enseignants est établit par la convention collective des services de l’automobile. Elle peut être revalorisée annuellement.

Les évolution professionnelles possible :

  • Moniteur deux roues (toutes catégories)
  • Moniteur « groupe lourd » (poids lourd et transport en commun)
  • Formateur de moniteur (en passant le diplôme du BAFM)
  • Animateur de stage permis à points (BAFM + formation spécifique)

Deux évolutions sont particulières :

  • Directeur/directrice auto-école : pour cela, il faut passer un CQP de gestion (RUERSC) pour pouvoir monter un dossier de demande d’agrément afin d’ ouvrir une auto-école. Il est à noter que le directeur n’est pas obligé d’être titulaire du BEPECASER ou du Titre Professionnel, bien que cela soit fortement conseillé.
  • Inspecteur au permis de conduire (IPCSR) : Le BEPECASER étant un diplôme de niveau IV et le Titre Professionnel de niveau III, l’enseignant de la conduite peut passer le concours administratif et devenir inspecteur au permis de conduire. Noter encore une fois qu’il n’y a pas d’obligation d’avoir le BEPECASER ou le Titre Pro pour ce concours ouvert au niveau BAC.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez la politique de confidentialité et l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela. Vous pouvez consulter la politique de confidentialité de ce site en vous rendant sur la page des mentions légales (CGU)

Fermer